Toutes Les Facettes De Jeff Sarwer

par JohnnyBet depuis by JohnnyBet

L’histoire de Jeff Sarwer montre de manière très intéressante l’évolution d’un champion d’échec qui est devenu l’un des plus prometteurs joueurs de poker de sa génération. Cela vaut donc le coup que l’on prête attentivement attention au CV professionnel du joueur canadien et se rappeler des précieux conseils qu’il avait donné à un journaliste de JohnnyBet dans une interview qui est devenu une sorte de « guide du poker ».

Regardez un interview avec Jeff Sarwer

1. Le joueur d’échec impassable

La biographie de Jeff Sarwer ressemble fortement à un film. Cela commence avec les échecs, dont il a appris les règles lorsqu’il avait 4 ans grâce à sa sœur âgée de deux ans de plus que lui. La fratrie prodigieuse était excellente aux échecs, et adorait être mis en lumière, et a donc forcément poursuivi dans sa passion. A l’âge de 6 ans, Sarwer s’entrainait avec Al Carlin, et plus tard il entra dans le club d’échecs de Manhattan avec sa sœur, in 1986 à 8 ans il remportait la Coupe du monde des moins de 10 ans d’échecs, et à côté il réussit l’exploit de gagner face à une douzaine de personnes en même temps. Néanmoins, les succès qu’ils connaissaient dans sa vie sportive n’étaient pas les mêmes dans sa vie privée. Le père de Sarwer avait des problèmes avec la justice après avoir été accusé de violence sur enfants, et le petit Sarwer fut donc placé en famille d’accueil. Il revint pourtant vers son père, comme sa sœur. Quand ils furent réunis, ils se rendirent de manière illégale en Europe, ce qui contrecarra les plans du champion d’échec durant plusieurs années – il jouait sous le surnom de Ray Philips, et peut jouer avec son vrai nom seulement depuis 2007. Comme si cela ne suffisait pas, Sarwer coupa également toute relation avec sa sœur et s’impliqua dans le monde du business, s’installant à Gdansk avant de déménager à Helsinki où il vit encore aujourd’hui.

2. Sarwer, également un joueur de poker !

Voilà la vie mouvementée de Sarwer racontée de manière brève. Cependant, cette dernière ne serait pas complète sans parler du poker, une part importante de la vie du canadien. A un moment de sa vie, Sarwer a commencé à devenir un très bon joueur de cartes. Le tournant arrive en 2009 lorsqu’il finit troisième à un tournoi européen de poker à Tallinn, gagnant ainsi USD 37,589. Il visitera de nouveau la capitale de l’Estonie après ça, puisqu’en 2015 il finira encore une fois troisième lors de ce tournoi. Il semblait alors qu’après plusieurs années médiocres, Sarwer était devenu un sérieux concurrent, avec plusieurs triomphes dans sa manche. Ceux qui suivent de près la carrière du canadien se rappellent certains de ses victoires les plus mémorables : troisième place lors de l’European Poker Tour à Vilamoura en 2009, deuxième place en mars 2010 à l’EPT de Berlin, ou encore son succès le mois suivant à l’EPT de San Remo. Mais cela va prendre fin et Sarwer enchaînera avec des résultats moyens. Était-ce le retour de la malchance ? C’est difficile à dire car on ne peut pas nier les capacités fantastiques de ce joueur. Sarwer a un potentiel que certains joueurs ne peuvent qu’imaginer dans leurs rêves.

3. Jeu et analyse

« Quand vous jouez en ligne, il arrive souvent que vous ne sachiez pas vraiment vous arrêter. Il est nécessaire de jouer beaucoup pour s’améliorer, mais il faut également analyser les parties autant que possible. » Cette courte citation est la réponse de Sarwer lors qu’un journaliste de JohnnyBet lui avait demandé comment faire pour devenir un bon joueur de poker. Ce simple conseil montre bien qu’on est face à un ancien joueur d’échecs, avec la patience et la capacité de comprendre et disséquer le jeu afin de pouvoir gagner encore plus. Le point de départ de la philosophie de Sarwer reste la croyance en la nécessité d’essayer d’atteindre la perfection, en étant capable de faire sa propre autocritique. Il est très important de prendre en compte le fait que le poker en ligne est vraiment distinct des parties avec joueurs en direct. « Je suggère à tout ceux qui aimerait devenir de bons joueurs de poker de jouer en ligne. » dit-il dans cette même interview. Mais une question revient cependant : comment améliorer sa façon de jouer en ligne ?

4. Analyse, taux de probabilités et YouTube…

Selon Sarwer, s’améliorer dans le jeu en ligne ne se fait pas automatiquement. L’idée principale est de gagner de l’expérience, bonifier ses capacités, et avoir une approche critique de son niveau. Le canadien suggère d’utiliser des logiciels pour analyser les différentes probabilités de gagner (notamment PokerStove), afin d’améliorer ses compétences principales. Cependant, cela ne fait pas tout. Il est également important de suivre les joueurs de poker professionnels sur YouTube. Vous devez également toujours jouer en évaluant vos progrès. Par où commencer ? Sarwer déclare que comprendre le poker en ligne nécessite d’être précautionneux, en jouant des mises raisonnables. Si vous êtes capable de générer du profit avec des fonds limités, c’est encourageant pour la suite lorsque vous rencontrerez des parties plus compliquées. Sarwer recommande d’ailleurs de collecter ses statistiques afin de faire une analyse précise.

5. Le pouvoir de la communauté

Sarwer pense qu’utiliser des logiciels est un élément indispensable pour réussir dans le monde du poker, mais parfois des analyses sont possibles uniquement en utilisant la communauté internet. Il existe beaucoup de discussions et d’analyses centrées sur le poker, afin de réunir les astuces de chacun. C’est un moyen de comprendre la manière dont on peut progresser sur le long terme. « Vous avez besoin de savoir comment réagir quelque soit la situation dans laquelle vous vous trouvez » dit Sarwer, ce dernier ajoutant également que faire partie d’une communauté de joueurs de poker est un moyen de démarrer si on ne connaît pas de personnes pouvant nous accompagner dans la pratique. C’est l’un des avantages d’apprendre en continu avec internet : cela génère énormément d’opportunités.

Le passé de joueur de poker de Jeff Sarwer a démarré bien longtemps après ses succès dans les échecs. Le canadien était un joueur d’échecs avant de devenir un joueur de poker. Sa philosophie repose sur la stratégie, la méthode, la patience et l’analyse. Cela lui a permis de devenir un très bon joueur qui donne désormais de bons conseils. Une carrière intéressante à suivre….

Commentaire (0)
Jouez résponsable